C.N.R.S.
 

 
Dictionnaire Étymologique Roman

  Résultat de la requête 
*/sa'lut‑a‑/ v.tr. « adresser des paroles et/ou des gestes (à une personne que l’on aborde ou que l’on quitte ou à une entité spirituelle que l’on honore) »

*/saluˈt‑a‑re/ > sard. saludare v.tr. « adresser des paroles et/ou des gestes (à une personne que l’on aborde ou que l’on quitte ou à une entité spirituelle que l’on honore), saluer » (DES ; PittauDizionario 1 s.v. salutare ; Spano1 ; EspaLogudorese), dacoroum. săruta (dp. 1500/1510 [date du ms. ; sărutară-se ; aujourd’hui vieilli], Psalt. Hur.2 159 ; Tiktin3 ; Cioranescu n° 7471 ; DLR ; MDA)1, méglénoroum. sărutari « donner un baiser (à qn), embrasser » (Candrea,GrS 7, 195 ; CapidanDicţionar ; AtanasovMeglenoromâna 22 ; WildSprachatlas 246 p 2, 4, 5, 6)2, istriot. ˹saludà˺ « saluer » (PellizzerRovigno), it. salutare (dp. 1243 [aémil.-romagn. saludemo prés. 4], TLIOCorpus ; DELI2 ; GAVI), frioul. saludâ (dp. 1652 [saludin prés. 4], DAroncoAntologia 149 ; PironaN2 ; GDBTF ; ALD-I 681 p 195-217), lad. saludé (dp. 1879 [salodè], Kramer/Schlösser in EWD ; ALD-I 681), romanch. salüdar/salidar (dp. 1560 [salüdo imp. 5], GartnerBifrun 168 ; HWBRätoromanisch ; ALD-I 681), fr. saluer (dp. ca 1100 [saluerent prét. 6], FEW 11, 126a ; GdfC ; TLF ; ANDEl)3, frpr. salua (dp. av. 1535 [salua prét. 3], EscoffierLyonnais 53 ; FEW 11, 126b), occit. saludar (dp. 1182 [« prendre congé »], BertrBornG 1, 44 = FEW 11, 127a ; Raynouard ; AppelChrestomathie 25 ; Pansier 3), gasc. saludá (dp. 1788 [saludi prés. 1], LespyR ; FEW 11, 126b ; Palay ; CorominesAran 680), cat. saludar (dp. 1274/1276, DCVB ; DECat 7, 637), esp. saludar (dp. 1140, Kasten/Cody ; DCECH 5, 143-144 s.v. salvo ; DME ; NTLE), ast. saludar (DELlAMs ; DGLA), gal./port. saudar (dp. 1264, TMILG ; DDGM ; DRAG1 ; DELP3 ; Houaiss ; CunhaVocabulário2 ; WilliamsPortuguese § 40, 58).

Commentaire. – À l’exception du végliote, toutes les branches romanes présentent des cognats conduisant à reconstruire protorom. */saˈlut‑a‑/ v.tr. « adresser des paroles et/ou des gestes (à une personne que l’on aborde ou que l’on quitte ou à une entité spirituelle que l’on honore), saluer »4.
Le corrélat du latin écrit, salutare v.tr. « id. », est connu durant toute l’Antiquité (dp. Névius [* ca 270 – † 201], OLD ; cf. Walde/Hofmann3 s.v. salūs1 ; Benveniste,MélSpitzer, 57-58 ; IEEDLatin s.v. salvus).

Bibliographie. – MeyerLübkeGLR 1, § 223-225, 351, 405, 443, 457 ; 2, § 117 ; REW3 s.v. salūtāre ; Müller 1962 in FEW 11, 126b-127b, salūtare ; Ernout/Meillet4 s.v. saluus ; LausbergLinguistica 1, § 173-175, 253, 306, 378, 385 ; HallPhonology 252 ; SalaVocabularul 616 ; MihăescuRomanité 276, 305.

Signatures. – Rédaction : Paul Videsott. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre Chambon. Romania du Sud-Est : Petar Atanasov ; Victor Celac. Italoromania : Giorgio Cadorini ; Maria Iliescu. Galloromania : Jean-Paul Chauveau. Ibéroromania : Ana Boullón ; Ana María Cano González. Révision finale : Éva Buchi. – Contributions ponctuelles : Pascale Baudinot ; Myriam Benarroch ; Cristina Florescu ; Xosé Lluis García Arias ; Yan Greub ; Günter Holtus ; Fernando Sánchez Miret ; Matthieu Segui ; Coralie Thiriet.

Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 27/10/2015. Version actuelle : 28/10/2015.

 


1. En roumain moderne et contemporain, le sens originel « saluer » (pour lequel on utilise aujourd’hui l’emprunt à l’italien ou au latin a saluta) a été évincé par le sens « donner un baiser (à qn), embrasser », le seul à être mentionné par EWRS, ALR I/I 79 et ALRM I/I 118. Ce sens, documenté aussi en méglénoroumain et en ancien espagnol, est né, par métonymie, de la coutume traditionnelle de se saluer d’un baiser (cf. MihăescuRomanité 276 ; ŞăineanuIncercare 178 ; cf. aussi fr. saluer « baiser (une dame) en la saluant », 1667–1798, FEW 11, 126b).
2. Aroum. sărútă v.tr. « saluer » (WildSprachatlas 246) n’est pas confirmé par les sources de référence de cet idiome.
3. Contrairement à ce que laissent entendre FEW 11, 126a, TL et TLF, l’attestation de 980 tirée de la Passion de Clermont (saludent prés. 6, PassionA 110) ne peut pas être retenue comme première attestation pour le français, car elle ne se situe guère sur l’axe diachronique de cette langue (valeur de <d> ?) ; la Passion de Clermont est composée dans un idiome dont l’identification n’est pas assurée (peut-être occitan, cf. DePoerck,RLiR 27 ; DEAFBiblEl s.v. PassionA).
4. Nous avons retenu le sens général qui se laisse reconstruire par les données romanes et qui couvre paroles et gestes, soit quand on aborde ou quitte quelqu’un, soit à l’égard d’entités spirituelles que l’on honore (ces sens sont distingués, par exemple, par le FEW et par le GDLI, mais en général pas par la lexicographie d’idiomes romans qui ne bénéficient pas d’une tradition lexicographique équivalente).

Lien permanent :  http://www.atilf.fr/DERom/entree/sa'lut-a-