C.N.R.S.
 

 
Dictionnaire Étymologique Roman

  Résultat de la requête 
*/ma'ɡɪstr‑a/ s.f. « femme qui exerce une autorité ; femme qui est qualifiée pour enseigner »

*/maˈɡɪstr‑a/ > dacoroum. măiestră s.f. « personnage féminin imaginaire doté de pouvoirs magiques et censé influer sur le monde des vivants, fée » (dp. 1836/1838 [măiastră], Tiktin3 ; Graur,BL 5, 104 ; Candrea-Densusianu n° 1043), it. maestra « femme qui exerce une autorité, maîtresse ; femme qui est qualifiée pour enseigner, maîtresse » (dp. 1271/1275 [aflor. ; fig. : maestra della vita], TLIOCorpus ; DELI2), frioul. mestre (PironaN2 ; GDBTF ; ASLEF 433 n° 1962), afr. maistre (ca 1170–13e s., BenTroieC 1, 78 ; TL ; FEW 6/1, 35a), frpr. [ˈmaitra] (dp. 16e s. [mecza], FEW 6/1, 35a), occit. maistra (dp. av. 1272 [maïstra], FlamMa 238 ; Raynouard ; FEW 6/1, 35a), cat. mestra (dp. 1561, DCVB), esp. maestra (dp. 2e qu. 13e s., DCECH 3, 760 ; CORDE), ast. maestra (DGLA ; DELlAMs).

Commentaire. – À l’exception du sarde, du dalmate, du ladin, du romanche, du gascon et du galégo-portugais, toutes les branches romanes présentent des cognats conduisant à reconstruire protorom. */maˈɡɪstr‑a/ s.f. « femme qui exerce une autorité, maîtresse ; femme qui est qualifiée pour enseigner, maîtresse »1, dérivé en */-a/ (suffixe véhiculant le sens « féminin ») de */ma'gɪstr‑u/2. L’aire des continuateurs de */maˈɡɪstr‑a/ se situe à l’intérieur de celle des issues de */ma'ɡɪstr‑u/ ; comme elle exclut le sarde, la reconstruction de */maˈɡɪstr‑a/ ne peut qu’être attribuée au protoroman continental (régional et/ou tardif).
Le corrélat du latin écrit, magistra s.f. « id. », est connu durant toute l’Antiquité (dp. Cicéron, TLL 8, 87).
Pour un complément d’information, cf. */ma'ɡɪstr‑u/.

Bibliographie. – MeyerLübkeGRS 1, § 70, 115, 302-305, 308, 349, 405, 443, 468 ; Ernout/Meillet4 s.v. magister ; Poppe/Keller 1958 in FEW 6/1, 34a-43a, magister ; LausbergSprachwissenschaft 1, § 167, 253, 272 ; 2, § 299, 392-395, 424.

Signatures. – Rédaction : Anastasia Kroyer ; Jan Reinhardt. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre Chambon. Romania du Sud-Est : Nikola Vuletić. Italoromania : Giorgio Cadorini ; Rosario Coluccia ; Paul Videsott. Galloromania : Jean-Paul Chauveau. Ibéroromania : Ana Boullón ; Ana María Cano González. Révision finale : Éva Buchi. – Contributions ponctuelles : Pascale Baudinot ; Xosé Lluis García Arias ; Yan Greub ; Günter Holtus ; Bianca Mertens.

Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 01/01/2014. Version actuelle : 22/07/2014.

 


1. Si Poppe/Keller in FEW 6/1, 42b n. 4 hésitent entre une création idioromane et un héritage de */maˈɡɪstr‑a/, la comparaison romane oriente clairement vers un héritage du protoroman.
2. La reconstruction de */-ɡ-/ n’est pas indispensable dans le cas de */maˈɡɪstr‑a/, mais se déduit du rapport de dérivation qui unit ce lexème à */ma'gɪstr‑u/.

Lien permanent :  http://www.atilf.fr/DERom/entree/ma'gIstr-a