C.N.R.S.
 

 
Dictionnaire Étymologique Roman

  Résultat de la requête 
*/'mʊr‑a/ s.f. « fruit de la ronce (Rubus fruticosus et al. spp.) ; fruit du mûrier (Morus nigra et al. spp.) »

I. Sens « fruit de la ronce »
*/ˈmʊr‑a/ > sard. mura s.f. « fruit de la ronce (Rubus fruticosus et al. spp.), mûre » (DES ; AIS 609), dacoroum. mură (dp. 1598, Tiktin3 ; Candrea-Densusianu n° 1172 ; DLR ; MDA)1, istriot. mura (PellizzerRovigno ; AIS 609 [mura de + N] ; ILA n° 1858 [Rovigno ’mura da sa’raja]), it. centr.-sept. ˹[ˈmora]˺ (dp. 1ère m. 13e s. [alomb.], Leavitt in TLIO ; Merlo,AUTosc 44, 64 ; RohlfsGrammStor 1, § 68 ; DELI2 ; AIS 609), itmérid. ˹[ˈmura]˺ (AIS 609), frioul. more (PironaN2 ; GDBTF ; AIS 609), lad. ˹mora˺ (AIS 609), romanch. amura/mura (Schorta in DRG 1, 251 ; HWBRätoromanisch ; AIS 609), fr. meure (2e m. 13e s. – 1694, NoomenFabl 7, 197, 200 = TLF ; FEW 6/3, 154ab ; AND1 s.v. mure2 ; ALF 892)2, frpr. ˹moura˺ (FEW 6/3, 154b ; ALF 892), occit. ˹mouro˺ (dp. ca 1220 [moras dels cams « fruits de la ronce basse (Rubus caesius L.) »], DAO n° 708 ; FEW 6/3, 154b-155a ; DAOSuppl n° 708 ; ALF 892), gasc. ˹moure˺ (dp. 1642, DAG n° 708 ; RohlfsGascon1 77 ; FEW 6/3, 154ab ; BernhardAran 67 [múra] ; ALF 892 ; ALG 175)3, cat. móra de lˈesbarzer (dp. 14e s., DECat 5, 781 ; DCVB), esp. mora (dp. 1490, NTLE [Palencia 1490] ; DCECH 4, 135), ast. ˹mora˺ (DGLA ; DELlAMs), gal./port. ˹[ˈmɔrɐ]˺ (dp. 1264/1284 [mora], TMILG ; DDGM ; DELP3 ; Houaiss [amora preta] ; CunhaVocabulário2 ; DRAG2).

II. Sens « fruit du mûrier »
*/ˈmʊr‑a/ > sard. mura s.f. « fruit du mûrier (Morus nigra et al. spp.), mûre » (DES), dacoroum. mură (dp. 1688 [vieilli et pop.], Tiktin3 ; EWRS ; Candrea-Densusianu n° 1172 ; DLR ; MDA), méglénoroum. mură (Candrea,GrS 6, 170)4, aroum. ˹mură˺ (Pascu 1, 121 ; DDA2 ; BaraAroumain [amurâ])5, istriot. mura (MihăescuRomanité 144 ; PellizzerRovigno), it. centr.-sept. mora (dp. 1291/1300 [atosc.], TLIO ; DELI2), itmérid. mura (Merlo,RIL 85, 46 [cal. sic.]), frioul. more (PironaN2 ; GDBTF), romanch. amura/mura (DRG 1, 251), fr. meure (ca 1165 – 1718, TLF ; FEW 6/3, 152b ; AND1 s.v. mure2), frpr. ˹mura˺ (dp. 1633 [mora], FEW 6/3, 152b), occit. ˹moura˺ (dp. ca 1160/1200 [mora], DAO n° 663 ; FEW 6/3, 152b)6, gasc. mora (dp. 1567, DAG n° 663 ; FEW 6/3, 152b ; CorominesAran 578), cat. móra (dp. 14e s., DECat 5, 781 ; MollSuplement n° 2287 ; DCVB), esp. mora (dp. ca 1275, Kasten/Cody ; DCECH 4, 135), ast. ˹mora˺ (AriasPropuestes 2, 73 s.v. amorgar ; DGLA ; DELlAMs), gal./port. ˹[ˈmɔrɐ]˺ (dp. 13e s. [mora], DDGM ; HuberElementarbuch § 98 ; DELP3 ; Houaiss ; DRAG2).

Commentaire. – Toutes les branches romanes (pour la situation particulière du dalmate, cf. n. 5) présentent des cognats conduisant à reconstruire protorom. */ˈmʊr‑a/ s.f. « fruit de la ronce (Rubus fruticosus et al. spp.), mûre ; fruit du mûrier (Morus nigra et al. spp.), mûre »78.
L’étymologie ici proposée s’oppose à celles retenues en général (REW3 et FEW : mōrum ; DES : mora ; DA/DLR : “lat. morum sau mur2 + suf. -ă” ; DELI2 et DCECH : mōra), qu’il convient d’abandonner pour des raisons phonétiques (cf. déjà Cioranescu n° 5500 : “el resultado u < o no ha sido explicado satisfactoriamente”)9 : si un étymon en */-o-/ pourrait, certes, rendre compte de la majorité des cognats de la Romania italo-occidentale, un tel étymon est incompatible avec les cognats sarde, roumain et italien méridional (cf. MeyerLübkeGLR 1, § 118-119 ; LausbergLinguistica 1, § 182 ; Rohlfs,ZrP 46, 162-164)10 : seul un étymon en */-ʊ-/ est susceptible de les expliquer tous (cf. MeyerLübkeGLR 1, § 118-119 ; LausbergLinguistica 1, § 183 ; WagnerFonetica 29-30).
Les deux sens sont presque homotopes, de sorte que la renconstruction comparative ne permet pas de décider lequel d’entre eux est originel : ils remontent tous les deux à l’époque du protoroman commun.
Si protorom. */ˈmʊr‑a/ ne connaît pas de corrélat exact en latin écrit de l’Antiquité11, un corrélat approximatif de I., mora s.f. « fruit de la ronce », est attesté depuis le latin tardif (4e s., TLL 8, 1472 s.v. mōra3 ; AndréPlantes 164), le type II. étant dépourvu de corrélat. Lat. mora est issu du pluriel de morum s.n. « id. », lexème usuel durant toute l’Antiquité (dp. Varron [* 116 – † 27 a.C.], TLL 8, 1521 ; Ernout/Meillet4 s.v. mōrus/mōrum [< gr. ou autre langue méditerranéenne]).

Bibliographie. – MeyerLübkeGRS 1, § 118-119, 146, 302-304, 308, 404-405, 455 ; REW3 s.v. mōrum ; Ernout/Meillet4 s.v. mōrus/mōrum ; Baldinger 1966 in FEW 6/3, 152b-160a, mōrum ; LausbergSprachwissenschaft 1, § 164, 179-183, 284-288 ; 2, § 384 ; HallPhonology 240 ; SalaVocabularul 543 ; MihăescuRomanité 196-197 ; DOLR 6 (1996), 49.

Signatures. – Rédaction : Jan Reinhardt. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre Chambon. Romania du Sud-Est : Cristina Florescu. Italoromania : Giorgio Cadorini ; Maria Iliescu. Galloromania : Jean-Paul Chauveau. Ibéroromania : Maria Reina Bastardas i Rufat ; Myriam Benarroch ; Ana Boullón ; Ana María Cano González. Révision finale : Éva Buchi. – Contributions ponctuelles : Pascale Baudinot ; Jérémie Delorme ; Xosé Lluis García Arias ; Günter Holtus ; Heinrich Kohring ; Peter Nahon ; Joan Veny.

Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 07/01/2014. Version actuelle : 21/03/2017.

 


1. La comparaison romane incite à ne pas suivre Cioranescu n° 5500, qui analyse mură comme un dérivé de dacoroum. mur s.m. « mûrier ».
2. Cette issue régulière a été évincée par fr. mûre (dp. 1672, TLF), dont l’origine s’explique probablement par un hypercorrectisme (cf. FEW 6/3, 159b-160a, n. 52).
3. En revanche, aran. mora (CorominesAran 578) représente probablement un catalanisme (cf. BernhardAran 67 s.v. múra).
4. Candrea ne précise pas s’il s’agit du fruit de la ronce ou de celui du mûrier.
5. Dalm. moruor s.m. « mûrier » (BartoliDalmatico 240 § 43), dérivé en */‑ˈari‑u/ d’un simple non attesté, témoigne indirectement de l’existence d’une issue dalmate de */ˈmʊr‑a/.
6. “Apr. mora est difficile à interpréter : « fruit du mûrier ou mûre de ronce » ?” (DAO n° 708).
7. Les variantes de type ˹amora˺ s’expliquent soit par des prothèses (pour l’aroumain, cf. Kramer,Rumänistik 232), soit par des mécoupures suite à l’agglutination de l’article (pour le romanche, cf. Schorta in DRG 1, 252 ; EichenhoferLautlehre § 669a ; cf. aussi MeyerLübkeGRS 1, § 383).
8. Le bisémisme de l’étymon a été perçu comme gênant par certains idiomes romans, qui ont levé l’ambiguïté par la création de syntagmes figés de type ˹mora˺ de N pour désigner la mûre (cf. istriot. frioul. occit. cat., ci-dessus I.). Pour les parlers qui ne connaissent plus le simple pour le sens « fruit de ronce » (frioulan et catalan), ce sont ces syntagmes que nous indiquons dans les matériaux, même si seul leur constituant central représente à proprement parler le cognat.
9. Un lat. *mŏrum, que Pokorny 1, 749 suppose avoir été évincé par mōrum, qu’il analyse comme un hellénisme, ne rendrait pas non plus compte du vocalisme des cognats romans.
10. Wagner in DES propose deux explications idiosyncrasiques aux issues présentant /u/ : “anche nel rum. mură si ha un u non ancora spiegato, ma in quella lingua può avere sue ragioni speciali. In sardo o > u è frequente nella vicinanza di consonanti labiali (HLS § 37 b)” (le paragraphe correspondant de WagnerFonetica 57-59 § 37 b porte toutefois sur les seules voyelles prétoniques, et de plus ne présente aucun cas où une labiale aurait agi sur */o/).
11. On relève des attestations de mura en latin médiéval (ms. 10e/11e s. [batus : mura domestica], CGL 3, 543 ; TLL 8, 1472 s.v. mōra3), mais il n’est pas sûr qu’elles reflètent réellement le code parlé : l’alternance <o>/<u> purement graphique est usuelle dès l’Antiquité tardive (cf. StotzHandbuch 3, 48-49, 62-63).

Lien permanent :  http://www.atilf.fr/DERom/entree/'mUr-a