C.N.R.S.
 

 
Dictionnaire Étymologique Roman

  Résultat de la requête 
*/'ɸaβ‑a/ s.f. « (graine de la) plante potagère de la famille des Fabacées dont les graines comestibles sont contenues dans de grosses gousses laineuses (Vicia faba L.) »

*/ˈɸaβ‑a/ > sard. ˹faa˺ s.f. « (graine de la) plante potagère de la famille des Fabacées dont les graines comestibles sont contenues dans de grosses gousses laineuses (Vicia faba L.), fève » (dp. 2e qu. 12e s. [faba], CSNT 2 = DES s.v. fava ; AIS 1378), aroum. faŭă (dp. 1770 [φάο], KavalliotisProtopeiria n° 0044 ; Candrea-Densusianu n° 567 ; Pascu 1, 84 ; DDA2 ; BaraAroumain), dalm. fua (BartoliDalmatico 310 ; ElmendorfVeglia ; MihăescuRomanité 115)1, it. fava (dp. fin 12e s. [avén.], Romanini in TLIO ; DELI2 ; AIS 1378), frioul. fave (PironaN2 ; GDBTF ; AIS 1378), lad. ˹fàa˺ (dp. 1763 [faves pl.], Kramer/Kowallik in EWD ; AIS 1378 ; ALD-I 274), romanch. fava/feva « ensemble des fèves » (Liver in DRG 6, 166-167 ; HWBRätoromanisch s.v. fav ; AIS 1378)2, fr. fève « fève » (dp. 4e qu. 12e s., TLF ; FEW 3, 339a ; ALF 561), frpr. ˹fava˺ (dp. ca 1375, DocLyonnais 83 = DAO n° 881 ; FEW 3, 339a ; Liard in GPSR 7, 380 ; ALF 561), occit. ˹fava˺ (dp. 3e qu. 12e s., DAO n° 881 ; Pansier 3 ; BrunelChartesSuppl ; FEW 3, 339a ; DAOSuppl n° 881 ; ALF 561), gasc. ˹hawo˺ (dp. 1288 [fava], DAG n° 881 ; FEW 3, 339a ; BernhardAran 29 [’awa] ; CorominesAran 496 [haua] ; ALF 561), cat. fava (dp. 1249 [faues pl.], DCVB ; MollSuplement n° 1388 ; DECat 3, 916), esp. haba (dp. 1240/1250 [fava], CORDE ; Kasten/Cody s.v. faua ; DCECH 2, 294 ; DME s.v. faba, fava, haba), ast. faba (dp. 968 [ms. 12e s. ; faua], DELlAMs ; AriasPropuestes 1, 9 ; DGLA), gal. faba/port. fava (dp. 1240 [favas pl.], TMILG ; DELP3 ; Houaiss ; CunhaVocabulário2 ; Buschmann ; DRAG1 ; DDGM)3.

Commentaire. – Toutes les branches romanes présentent des cognats conduisant à reconstruire protorom. */ˈɸaβ‑a/ s.f. « (graine de la) plante potagère de la famille des Fabacées dont les graines comestibles sont contenues dans de grosses gousses laineuses (Vicia faba L.), fève ».
Le corrélat du latin écrit, faba, -ae s.f. « id. », est connu durant toute l’Antiquité (dp. Plaute [* ca 254 – † 184], TLL 6/1, 2-3 ; AndréPlantes 101).

Bibliographie. – MeyerLübkeGRS 1, § 223, 408, 442 ; REW3 s.v. faba ; Ernout/Meillet4 s.v. faba ; von Wartburg 1931 in FEW 3, 339a-341a, faba ; LausbergSprachwissenschaft 1, § 173-175 ; 2, § 302, 373 ; HallPhonology 70 ; RohlfsPanorama 101 ; SalaVocabularul 542 ; MihăescuRomanité 258 ; DOLR 6 (1996), 36.

Signatures. – Rédaction : Jan Reinhardt. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre Chambon. Romania du Sud-Est : Victor Celac. Italoromania : Giorgio Cadorini. Galloromania : Jean-Paul Chauveau. Ibéroromania : Maria Reina Bastardas i Rufat ; Myriam Benarroch ; Ana Boullón ; Ana María Cano González. Révision finale : Éva Buchi. – Contributions ponctuelles : Julia Alletsgruber ; Petar Atanasov ; Pascale Baudinot ; Jérémie Delorme ; Xosé Lluis García Arias ; Xavier Gouvert ; Yan Greub ; Peter Nahon ; Uwe Schmidt.

Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 20/02/2012. Version actuelle : 26/01/2017.

 


1. Istriot. fava « id. » (Deanović,AGI 39, 195 ; PellizzerRovigno ; AIS 1378) est emprunté à l’italien (cf. Deanović,AGI 39, 195).
2. Le romanche présente une évolution de sens originale. Pour ce qui est du sens « fève » non collectif, il s’attache au dérivé régressif idioroman fav s.m. (cf. HWBRätoromanisch).
3. L’attestation de 1141 citée par DELP3 est tirée d’un texte latin.

Lien permanent :  http://www.atilf.fr/DERom/entree/'FaB-a