C.N.R.S.
 

 
Dictionnaire Étymologique Roman

  Résultat de la requête 
*/ˈεrb‑a/ s.f. « (ensemble des) plante(s) à tige non ligneuse qui forme(nt) le gazon des prés et des pâturages »

*/ˈεrb‑a/ > sard. èrƀa s.f. « (ensemble des) plante(s) à tige non ligneuse qui forme(nt) le gazon des prés et des pâturages, herbe » (dp. 11e/13e s. [erua], DES ; AIS 1355 ; cf. WagnerFonetica 288), dacoroum. iarbă (dp. 1500/1510 [date du ms.], Psalt. Hur.2 170 ; Tiktin3 ; EWRS ; Candrea-Densusianu n° 796 ; DA ; Cioranescu n° 4241 ; MDA)1, istroroum. iårba (MaiorescuIstria 127 ; Byhan,JIRS 6, 234 [[ˈiɔrbε]] ; PuşcariuIstroromâne 3, 115, 312 [iårbę] ; SârbuIstroromân 218 ; ScărlătoiuIstroromânii 289), méglénoroum. i̯arbă (Candrea,GrS 3, 402 ; CapidanDicţionar ; AtanasovMeglenoromâna 205), aroum. iarbă (dp. ca 1760, Kristophson,ZBalk 10/1 n° 744, 954 [ἰάρπα] ; KavalliotisProtopeiria n° 0038, 0039 [ιάρμπα] ; Pascu 1, 102 ; DDA2 ; BaraAroumain), dalm. jarba (BartoliDalmatico 287 § 60, 279 § 91 [jerba] ; ElmendorfVeglia ; MihăescuRomanité 106), istriot. ğiérba (DeanovićIstria 111 ; AIS 1355 p 397, 398), itsept. erba (dp. 4e qu. 12e s., TLIOCorpus ; Merlo,RIL 84, 59 ; DELI2 ; AIS 1355), itcentr./itmérid. ˹erva˺ (dp. fin 13e s., TLIOCorpus ; AIS 1355 ; cf. RohlfsGrammStor 1, § 262)2, frioul. jerbe (Iliescu,RRL 17, 188 ; Doria in DESF s.v. èrbe ; GDBTF ; AIS 1355 p 326, 327, 329, 337-339, 348-349, 357 ; ASLEF 759 n° 3610), lad. èrba (dp. 1763, Kramer/Flick in EWD ; AIS 1355 p 313 ; ALD-I 255), romanch. erbajarva˺ (dp. 1668 [earva], Schorta in DRG 5, 658-659 ; HWBRätoromanisch ; cf. EichenhoferLautlehre § 500b), fr. herbe (dp. ca 1100, FEW 4, 404a ; GdfC ; TL ; TLF ; ALF 686)3, frpr. [ˈεrba] (FEW 4, 404a ; ALF 686), occit. ˹erbo˺ (dp. ca 1140 [erb‘], MarcD 3 ; FEW 4, 404a ; BrunelChartesSuppl 140 [erba] ; DAO n° 813, 1021 ; ALF 686), gasc. ˹erba˺ (dp. mil./2e m. 10e s. [erpa], PassAugsbH 28 ; FEW 4, 404a ; DAG n° 1021 ; CorominesAran 440-441 ; ALF 686), cat. herba (dp. ca 1288 [erba], DECat 4, 776 ; DCVB), esp. hierba (dp. ca 950/1000 [ierba], CORDE ; DCECH 3, 354-355 ; DME ; Kasten/Cody), ast. ˹yerba˺ (dp. 1235 [erua], DELLAMs ; DGLA ; cf. AriasGramática § 2.3, 4.2.3), gal. herba/port. erva (dp. 1240/1300 [erva], TMILG ; DDGM ; DRAG1 ; CunhaVocabulário2 ; DELP3 ; Houaiss ; cf. WilliamsPortuguese § 96 ; Cintra,BF 22, 101-102 ; TeyssierHistória 47-49 ; Lorenzo,LRL 2/2, 651).

Commentaire. – Tous les parlers romans sans exception présentent des cognats conduisant à reconstruire protorom. */ˈɛrb‑a/ s.f. « (ensemble des) plante(s) à tige non ligneuse qui forme(nt) le gazon des prés et des pâturages, herbe ».
Le corrélat du latin écrit, herba, -ae s.f. « id. », est connu durant toute l’Antiquité (dp. Ennius [* 239 – † 169 av. J.-Chr.], TLL 6/3, 2614 ; cf. Ernout/Meillet4 [“ancien, usuel [...]. Sans doute survivance d’un mot rural prélatin”] ; IEEDLatin).

Bibliographie. – MeyerLübkeGRS 1, § 150, 302-305, 474 ; REW3 s.v. hĕrba ; Ernout/Meillet4 s.v. herba ; von Wartburg 1949 in FEW 4, 404a–409b, hĕrba ; LausbergSprachwissenschaft 1, § 171-173, 272 ; 2, § 373, 409 ; Faré n° 4109 ; SalaVocabularul 539 ; HallPhonology 56 ; StefenelliSchicksal 242 ; MihăescuRomanité 50, 195 ; LEIMatériaux.

Signatures. – Rédaction : Jan Reinhardt. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre Chambon ; Xavier Gouvert. Romania du Sud-Est : Petar Atanasov ; Victor Celac ; Eugen Munteanu. Italoromania : Giorgio Cadorini ; Rosario Coluccia ; Anna Cornagliotti. Galloromania : Jean-Paul Chauveau. Ibéroromania : Myriam Benarroch ; Ana Boullón ; Ana María Cano González. Révision finale : Éva Buchi. – Contributions ponctuelles : Pascale Baudinot ; Xosé Lluis García Arias ; Günter Holtus.

Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 08/03/2010. Version actuelle : 27/02/2020.

 


1. Malgré Puşcariu in EWRS, le pluriel ierburi n’est pas étymologique et n’invite donc pas à postuler protorom. */ˈεrb‑u/ s.n., pl. */ˈεrb‑ora/ : “[D]er Pl. ierburi, der jedoch in den ältesten Denkmälern nicht vorzukommen, also jung zu sein scheint, wird anscheinend ohne Grund auf lat. *ervŏra, Pl. von *ervus für ervum, zurückgeführt” (Tiktin1Tiktin3 ; cf. Cioranescu n° 4241).
2. Cf. latméd. aerva (9e/10e s. [ms. Cassino, Italie], Arnaldi/Smiraglia2 1, 1234).
3. Les premières attestations sont autant du type erbe (RolS2 1, 126) que herbe (RolS2 1, 171) : <h> latinisant n’a aucune valeur phonique.

Lien permanent :  http://www.atilf.fr/DERom/entree/'Erb-a